Vue sur le pont de Gwangalli au coucher du soleil, depuis l'île de Dongbaek
Busan,  Corée du Sud,  PVT en Corée du Sud,  Vivre à Busan

Busan, un coup de cœur qui a changé ma vie

Cet article est une présentation rapide qui explique pourquoi j'ai décidé de m'installer à Busan.

Pourquoi j’ai choisi Busan ?

Tout commence lors de mon premier voyage en 2010, à ce moment-là j’avais visité Séoul, Gyeongju et Busan. Et j’ai eu un coup de cœur pour Busan, cette ville en bordure de mer entourée de montagnes. J’y suis restée une seule journée, et pourtant, j’ai eu le sentiment que les gens y étaient plus accueillants et la ville agréable à vivre.

Premier voyage en Corée du Sud, avis mitigé

Replaçons le contexte, nous sommes en 2010, la culture sud-coréenne, les dramas, la Kpop ne sont pas encore très répandus en occident. Et donc les touristes occidentaux sont encore assez rares, ce qui amène à des situations assez cocasses.

Quelques exemples : se faire enguirlander parce qu’on veut payer séparément, des chauffeurs de taxi qui refusent de nous prendre, des vendeuses qui nous interdisent l’accès aux cabines d’essayages, ou celles qui nous suivent partout dans les magasins de souvenirs et sans oublier les gens qui nous prennent en photo parfois avec impolitesse.

C’est un petit peu l’incompréhension. Jusqu’à ce que l’on rencontre une anglaise à la terrasse d’un café. Une rencontre étonnante pour être honnête, après que celle-ci est fait un geste peu respectueux à un coréen qui la prenait en photo. Voyant notre étonnement, elle nous explique que cela fait deux ans qu’elle vit à Séoul et que ces comportements l’agacent. Après lui avoir parlé de nos mésaventures, elle explique que c’est normal ici, il y a pleins de préjugés sur les étrangers ; voleurs, sales, etc… Tout s’explique…

Le soir, elle nous invite à manger avec ses amis, et là c’est la découverte du barbecue coréen ! Un bonheur pour les papilles. Elle nous fait aussi découvrir d’autres lieux de vie et de fête à Itaewon. Bonne ambiance !

Barbecue coréen avec de la viande de bœuf
Barbecue coréen avec de la viande de bœuf

Pour résumer, lors de ce premier voyage, sur le moment j’avais beaucoup apprécié le paysage et l’histoire coréenne, mais j’étais mitigée sur les coréens… malheureusement, les mauvaises expériences ont plus d’impact que les bonnes.

C’est en y repensant plus tard, que je me suis souvenue de ces personnes qui ont essayé de nous aider après être resté un certain temps devant un plan de métro tout en coréen… ceux qui nous posaient des questions avec une curiosité bienveillante. C’est grâce à eux que j’ai voulu retourner en Corée du Sud pour confirmer ou infirmer ma première expérience.

2013, retour en Corée du Sud

J’ai été agréablement surprise par tous les changements en seulement 3 ans. Plus accueillants, plus souriants, moins de photos, le métro en anglais !!! Bref, le voyage a été plus agréable et donc il était plus facile d’apprécier les visites. J’avais remarqué que le nombre de touristes avait augmenté, c’est plus tard qu’un ami coréen m’a expliqué que le gouvernement avait fait une grande campagne de sensibilisation sur l’accueil touristique.

Et je trouve que ce changement résume assez bien la Corée du Sud, sur sa capacité et vitesse d’évolution.

Je tenais vraiment à parler de ces expériences avant de revenir au sujet : Busan.

Un mois de test à Busan avant le PVT

J’ai tellement apprécié le second voyage, que j’envisage un permit vacances-travail en Corée. Avant de prendre une décision définitive, j’ai voulu tester sur un mois en volontariat si je pouvais vivre en Corée sur du long terme.

J’ai choisi la ville de Busan et mon coup de cœur s’est confirmé. Les bus et les taxis sont un peu nerveux ici, mais c’est une ville effectivement très agréable. Forcément, moins riche sur le plan culturel que Séoul, Busan et ses alentours offrent tout de même de nombreuses choses à voir et à visiter.

Ruelles du marché aux poissons Jalgachi à Busan
Marché aux poissons Jalgachi à Busan
Le célèbre temple Haedong Yonguksa de Busan, temple en bord de mer
Le temple Haedong Yonguksa de Busan

Le climat est moins froid l’hiver et être en bord de mer aide à supporter les températures estivales. J’ai la confirmation de mon premier voyage sur l’accueil ici et peu de personnes font grand cas que vous soyez étranger. Le rythme de vie est également plus calme et relax qu’à Séoul. Mon volontariat dans un café m’a permis de faire connaissance avec des coréen(ne)s et cela facilite la découverte.

Retour à Busan en PVT en 2017 et une rencontre qui a changé ma vie

Vous l’aurez compris, comme ce voyage s’est très bien passé, j’ai sauté le pas et utilisé ma dernière carte « visa vacances-travail » à 30 ans pour la Corée du Sud. En comparant les prix école/loyer entre Busan et Séoul, je décide de repartir vivre dans ma ville coup de cœur.

Pendant les six premiers mois de mon PVT, j’ai pris des cours de langues à l’université de Pukyong. Je suis également retournée faire du volontariat dans le café de 2013, ce qui m’a permis d’économiser sur le loyer. C’est dans ce café que j’ai rencontré l’homme qui est à présent mon mari. Alors que je pensais partir seulement un an, me voilà installée définitivement à Busan.

Cela fait à présent trois ans que je vis à Busan, je continue de découvrir la ville dans ses moindres recoins. Au final, il y a beaucoup de choses à faire et visiter car Busan est une très grande ville. Je vous présenterais tout ça sur ce blog.

Vue sur la ville de Busan depuis le téléphérique de GeumJeong
Vue sur une partie de la ville de Busan depuis le téléphérique de GeumJeong

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.